La méditation biodynamique

Méditation et lâcher-prise :

Méditation de la simple présence et acceptation de l’intelligence spontanée du corps

Méditation : Ici « méditation » veut dire « plongée en soi ». Méditer c’est s’immerger en soi. Fermer les yeux et porter son attention sur sa présence (sur la sensation d’être, la conscience d’être, le sentiment d’existence). Ne pas s’accrocher à une sensation corporelle particulière mais plutôt ramener l’attention à sa source. A la simple présence, qui n’est ni ceci ni cela : qui est irréductible à une image (à un corps dont on peut dessiner les contours, à une silhouette), à une identité, à un rôle social, à une fonction familiale, etc. Simple présence, sans nom, sans forme, sans apparence, sans structure, sans nationalité, sans couleur, ni mâle ni femelle. Juste être.

Présence.

« Rappelez-vous la conscience de l’enfant, sans connaissance des idées, ne s’identifiant à aucun concept. Existence sans définition d’elle-même. Pure conscience dont le seul corps est le ciel : présence indifférenciée ressentie comme aussi subtile que l’espace. »

Lâcher-prise : Ici « lâcher-prise » veut dire accepter de relâcher l’emprise que l’on a sur le cours des choses et en premier lieu sur notre propre corps. Lâcher les commandes du corps, laisser le corps fonctionner en pilotage automatique. Accepter la « biodynamique », c’est-à-dire « la dynamique du Vivant », l’intelligence spontanée du corps qui est celle du Tout. Intelligence impersonnelle sans recul, conscience dynamique en mouvement qui s’exprime de manière singulière à travers chaque organisme vivant. Ne pas intervenir, accepter ce qui arrive et ce qui se passe. Laisser faire la spontanéité. Laisser être.

Spontanéité.

« Il n’y a personne qui lâche prise, il y a lâcher-prise. Cela arrive tout seul. Ça se produit spontanément. »